Le massif de la Clape : 3 sites classés

Trois sites du massif de la Clape sont classés pour protéger leurs intérêts pittoresques  :

Le massif de la Clape

Le massif de la Clape (7834,95 ha) a été classé par décret en 1973. Ce décret fait référence à la nécessité de préserver cet espace naturel aux paysages variés et en bordure du littoral. Le classement du massif a été motivé par le schéma directeur d’aménagement languedocien ou « Mission Racine » qui préconisait la préservation d’espaces naturels à proximité de l’urbanisation touristique.

La chapelle des Auzils et son cimetière marin

La chapelle des Auzils et son cimetière marin (245,60 ha), ont été classés par décret en 1974. Ce classement est motivé par les valeurs pittoresques et culturelles du site. Il s’agit en effet, d’un lieu de recueillement pour les marins de Gruissan. Ce décret demande de sauvegarder ces lieux dans leur écrin paysager naturel, typiquement méditerranéen offrant des vues dégagées sur la mer et les étangs.

Le gouffre de l’œil doux

Oeil Doux Fleury
Gouffre de l’oeil DouxOeil Doux Fleury

Le gouffre de l’œil doux (88,36 ha), a été classé par décret en 1978. Ce classement vise à protéger le caractère pittoresque du site considéré comme monument naturel curieux et intéressant, dans un écrin sauvage et naturel.

Même s’ils sont localisés en grande partie en périphérie du massif, deux sites inscrits au titre de la loi du 2 mai 1930 concernent également notre périmètre d’étude. Il s’agit de l’étang de Gruissan et ses abords inscrit par décret en 1942, d’une superficie de 311,70 hectares. Et du reliquat du site inscrit du massif de la Clape (antérieure au classement), inscrit par décret en 1968 et d’une surface de 46,26 hectares.

 

Pour en savoir plus sur la politique des sites classés : www.ecologique-solidaire.gouv.fr/politique-des-sites

 

La France compte 2 700 sites classés et 4 000 sites inscrits soit 4 % du territoire national.
Partager cet article : Facebook Twitter Google+