Des cultures et des hommes

Zone de passage depuis l’Antiquité avec la Via Domitia, frontière culturelle et linguistique entre la Catalogne et l’Occitanie, le Parc est un territoire fragile qui mérite d’être préservé mais aussi regardé, compris, décrit. Si la notion hydrographique de « Bassin versant » (territoire qui recueille l’ensemble des eaux alimentant la lagune, pluie, source, canaux, ruisseaux, rivières) légitime l’existence d’un Parc naturel régional, elle n’est pas vecteur d’identité culturelle. Ce territoire est une mosaïque. Il existe un contraste saisissant entre deux antiques civilisations, le sec (garrigue) et l’humide (lagune). Et, surgie dans un entre-deux, une nouvelle civilisation, celle des loisirs (littoral) attire des milliers de vacanciers. Viticulture, pêche à l’étang, chasse, apiculture, charpenterie de marine, salins, pastoralisme, sport nautique, les activités sont aussi variées que les paysages et comme eux, elles évoluent… C’est un territoire en plein développement, avec une forte expansion démographique (de l'ordre de 25% depuis une dizaine d'années). Les nouvelles populations de résidents permanents expriment un besoin de s’approprier l’espace et la culture locale. Une des missions du Parc est de participer à la construction de ce sentiment d’appartenance.

Dans cette thématique