Fanchon Richart, responsable Paysage, SIG et Natura 2000 plateau de Leucate

 

Fanchon, en quoi consiste votre métier de responsable Paysage, SIG et Natura 2000 plateau de Leucate au sein du Parc naturel régional ?

Je m’occupe des paysages de la Narbonnaise, du site Natura 2000 du plateau de Leucate et des données géographiques du Parc.

Et si nous parlions des paysages de la Narbonnaise ?

Une partie de ma mission consiste à accompagner les projets en faveur de la qualité de ces paysages. Je travaille par exemple avec les vignerons du massif de la Clape pour appliquer la charte signalétique de ce site classé. Le but est d’harmoniser la signalisation des domaines viticoles à l’aide d’équipements routiers qui sont réglementaires et qui ont été choisis collectivement.

Lorsque les communes ont le souhait de restaurer un secteur ou d’améliorer une entrée ou une place de village, elles me consultent afin que je les accompagne dans la définition du projet d’aménagement ou de restauration pour ce lieu. Je suis présente de l’idée jusqu’à la réalisation finale du projet en passant par la recherche de financements.

En parlant de paysage, je ne peux pas oublier d’évoquer la route départementale 6009 qui traverse le Parc du nord au sud. Empruntée par de nombreux visiteurs et habitants, cette route offre des paysages qui sont à la fois un cadre de vie et une vitrine du territoire. Dans le but de préserver leur qualité, j’ai identifié les actions à réaliser, avec les acteurs concernés : les services de l’État, les communes, le département de l’Aude, des vignerons, la Région Occitanie, le Grand Narbonne, Vinci, Suez.  Cette liste d’actions a pris la forme d’un contrat de route qui vise à « Faire des paysages de la RD6009 une vitrine respectée de notre territoire ». Cela fait 5 ans que je coordonne la mise en œuvre de cette démarche collective.

Quand on parle de paysage, on ne peut pas passer sous silence l’urbanisme ! Pour cela, j’ai contribué à la rédaction des Cahiers techniques du l’urbanisme du Parc. Ces documents ont pour but d’aider les communes à prendre en compte les enjeux du territoire lors de l’élaboration de leur document d’urbanisme.

Depuis 10 ans, je réalise un Observatoire photographique du paysage. C’est un outil de suivi de l’évolution des paysages basé sur la reconduction de photos depuis les mêmes points de vue à intervalle de temps régulier. J’organise aussi, avec ma collègue en charge de la culture, les soirées  Paysage en chantier, dans chaque commune du Parc. L’objectif est de montrer l’évolution des paysages à l’aide de comparaisons entre photos (très) anciennes et actuelles des paysages, et d’en discuter avec les habitants, afin de percevoir le rôle de chacun dans ces évolutions et ce qui fait la singularité de leurs paysages.

Et pour terminer, j’anime le conseil scientifique et de prospective du Parc, en organisant des réunions entre ces experts de toutes disciplines confondues, et l’équipe du Parc pour recueillir leurs conseils sur les actions menées par le Parc.

Vous suivez également un site Natura 2000, en quoi cela consiste-t-il ?

Mes compétences en écologie me permettent d’animer la mise en œuvre du document d’objectif sur le site Natura 2000 du plateau de Leucate. J’accompagne la commune de Leucate, un berger, les propriétaires et les vignerons du plateau pour mettre en place une gestion favorable à la biodiversité : des travaux d’aménagement pour gérer la fréquentation au débroussaillage pour favoriser le maintien des pelouses sèches du plateau, en passant par la valorisation de l’activité des bergers qui se succèdent sur le plateau depuis une dizaine d’années, tout est bon pour préserver la riche biodiversité de ces milieux !

Quels sont les sujets traités en ce moment ?

En ce moment, je travaille sur la préparation d’un chantier de débroussaillage sur le plateau de Leucate afin de préserver les pelouses sèches !  Par ailleurs, je planche sur la charte signalétique à destination des professionnels et des communes pour l’ensemble du Parc.

J’apporte également mon aide technique aux collègues du Parc qui œuvrent sur le développement raisonné des Sports de nature en Narbonnaise, je réalise notamment des cartes.  Et puis, je prépare la prochaine soirée Paysage en chantier qui aura lieu le 5 avril à Villesèque-des-Corbières. Je collecte les photographies anciennes avec les habitants.

Une journée type ?

Elles sont toutes différentes  (rire) ! Quand je suis au bureau, je prépare les projets (recherche de financement, rédaction, suivi de prestations), je fais des cartes. J’ai plusieurs réunions par semaine avec les partenaires et les collègues. De temps en temps, je pars sur le terrain pour repérer les lieux sur lesquels on prépare une intervention et rencontrer les acteurs de la Narbonnaise !

Ce que vous préférez dans votre métier ?

J’aime voir ces projets aboutir ! C’est toujours long et cela demande de la patience. J’aime être dehors et rencontrer les acteurs locaux pour comprendre leurs besoins et trouver des solutions qui conviennent à tout le monde.

J’aime aussi faire des cartes et travailler sur des sujets transversaux au sein du Parc avec des collègues qui ont des compétences différentes des miennes. Cela permet d’enrichir la réflexion et de construire des projets complets.

Comment êtes-vous arrivée au PNR ?

J’ai commencé par étudier l’écologie, puis j’ai complété ma formation par des études en paysage. Cette double compétence m’a permis d’intégrer le Parc il y a maintenant … 15 ans ! Quand je suis arrivée ici, c’était pour faire mon stage de DESS, le Parc était encore en projet. Puis j’ai travaillé 2 ans dans le Cantal et dans la Drôme sur des diagnostics paysagers et de la cartographie avant de revenir au Parc naturel pour un poste qui s’ouvrait sur le paysage et la biodiversité.

Un lieu favori dans le Parc à partager ?

Il y en a plein ! Mon favori reste le Plateau de Leucate avec tous ses murets en pierre et les vues spectaculaires sur le littoral depuis les falaises

Partager cet article : Facebook Twitter Google+