Zoom sur le métier de Chargée de mission Agro environnement

Entre éducation à l’environnement, agriculture, culture, énergies, eau, déchets, paysages, gestion d’espaces naturels, animations nature… les expertises et les compétences de l’équipe du Parc sont multiples et au service notre territoire !

Jade, en quoi consiste votre métier de Chargée de mission agro-environnement au sein du Parc naturel régional ?

Mon rôle est d’accompagner les agriculteurs vers une modification des pratiques de culture afin de réduire leurs impacts sur l’environnement et préserver la biodiversité du territoire.

Par exemple, je peux les accompagner dans l’obtention de financements pour pallier les surcoûts liés au changement de pratique opéré et les conseiller techniquement pour trouver des solutions alternatives. J’anime aussi les réunions d’un Groupement d’Intérêt Économique et Environnemental (GIEE) désireux de trouver des solutions d’adaptation au changement climatique annoncé comme l’introduction de nouveaux cépages adaptés à la sécheresse.

Par ailleurs, je participe à la réintroduction du pastoralisme. Mon rôle est d’animer et de concerter les éleveurs, les communes, les chasseurs, les randonneurs, les viticulteurs, l’Office National des Forêts, le Service Départemental d’Incendie et de Secours et la Chambre d’agriculture pour éviter les conflits d’usage et répondre à tous les enjeux du territoire. Par exemple, par le biais de cette concertation, un éleveur est venu passer l’hiver sur les communes de Bizanet, Montredon et Névian avec ses 700 brebis.

Enfin, je suis en charge du développement de la Marque « Valeurs Parc Naturel Régional » sur les produits agricoles de la Narbonnaise. Cette marque reconnait et valorise les produits issus d’activités respectueuses de la biodiversité, des Hommes et des paysages du Parc.

Après le sel de la Narbonnaise, cette reconnaissance concernera bientôt le miel et prochainement le vin du territoire.

Une journée type ?

(rire) Je n’ai pas de journée type ! Je peux aller sur le terrain pour diagnostiquer les exploitations, estimer les ressources pastorales. J’anime également des réunions de concertation et enfin, une grande partie de mon temps est consacrée à la recherche de financements pour les agriculteurs par exemple.

Ce que vous préférez dans votre métier ?

La polyvalence !

Comment êtes-vous arrivé au PNR ?

Après des études d’ingénieur agronome à Rouen, je souhaitais travailler dans l’environnement et un poste s’est ouvert à ce moment-là au Parc. Originaire de Leucate j’avais à cœur de mettre mes compétences au service de notre territoire !

Un lieu favori dans le Parc à partager ?

Le plateau de Leucate…

Partager cet article : Facebook Twitter Google+