50 gîtes à chauve-souris pour adapter le vignoble du massif de la Clape au changement climatique

Dans un contexte de changement climatique, la préservation de la ressource en eau est primordiale d’un point de vue qualitatif et quantitatif. Ainsi, pour limiter l’apport de produits phytosanitaires et lutter contre la pression de ravageurs, le Parc naturel organise une formation auprès des vignerons du GIEE de la Clape.

Lundi 16 décembre, au château de Camplazens, le Parc naturel a organisé une formation à destination des vignerons du GIEE afin de les sensibiliser à l’agro-écologie sur le massif de la Clape et à la lutte biologique contre les ravageurs de la vigne avec la mise en place de gites à chiroptères. Au total, il s’agit de l’installation de 50 gites à chiroptères chez les 15 vignerons du GIEE. Cette formation est financée par le Grand Narbonne.

Pourquoi encourager la présence de chauve-souris pour lutter contre les ravageurs de la vigne ?

La mise en place de ces gîtes a pour but de permettre une régulation naturelle des ravageurs de la vigne. En parallèle, il convient également de développer les plantations d’arbres et de haires qui, en plus d’être des refuges pour les chiroptères, sont également bénéfiques pour protéger les vignes du réchauffement climatique en créant des zones d’ombre favorables à la vigne et en limitant l’évapotranspiration.

Le Groupement d’Intérêt Economique et Environnemental (GIEE) de la Clape

Suite à la dynamique engagée avec le Parc naturel de la Narbonnaise dans le cadre de ses actions agro-environnementales sur le massif de la Clape, l’organisme de gestion de l’AOC La Clape a décidé d’engager une réflexion sur l’adaptation du vignoble au changement climatique. Un groupement de 15 caves particulières a été créé à cet effet et reconnu GIEE (Groupement d’Intérêt Economique et Environnemental) par l’Etat en 2018. Il s’agit là d’une reconnaissance officielle de l’État qui valorise l’engagement collectif d’agriculteurs dans la modification ou la consolidation de leurs pratiques.

Partager cet article : Facebook Twitter Google+