Transhumance des brebis de Bérangère entre Vinassan et Armissan

Vendredi 22 mars, vers 10h30 sous le pont de l’autoroute à Armissan, Bérangère Carlos, bergère et son troupeau de brebis, transhumerons entre Armissan et Vinassan !

Depuis 5 ans, Bérangère effectue chaque année ce même trajet avec son troupeau. Composé de 300 brebis et de 4 chiens de travail Bérangère est la bergère de Fleury. L’été, par manque de ressource, elle part avec son troupeau à la montagne et revient à l’automne.

Le public est le bienvenu pour assister à cette transhumance. Possibilité de se positionner sur la D68 en face la Muraillasse, à l’entrée du Village.

Une action primordiale pour l’entretien du massif de la Clape

L’intervention de ce troupeau en Agriculture Biologique est soutenue et suivie par le Parc dans le cadre de ses actions agro-environnementales sur ce site Natura 2000 et également par plusieurs vignerons.
Elle est bénéfique à plus d’un titre en permettant entre autre de :
– limiter le risque d’incendie en période estivale et d’entretenir les zones stratégiques pour les pompiers et l’Office National des Forêts
– conserver ce paysage singulier en limitant la fermeture des milieux liée à l’expansion du chêne kermès et du pin d’Alep
– entretenir et enrichir les vignes des différents domaines viticoles
– préserver et favoriser la biodiversité exceptionnelle des pelouses et milieux ouverts

Le rôle du Parc naturel régional

Le Parc naturel régional accompagne les 4 bergers du territoire pour réintroduire le pastoralisme dans les pratiques agricoles contemporaines. Cette action est soutenue et suivie par le Parc naturel régional dans le cadre de ses actions Natura 2000 et agroenvironnementales sur le massif de la Clape. Le Parc facilite l’arrivée du troupeau, en faisant le lien entre les propriétaires et le berger, en facilitant la mise en place des conventions ou en étant co-signataire, en animant des réunions avec les usagers des surfaces pâturées (chasseurs, randonneurs, viticulteurs…) afin de réduire les conflits d’usages et en organisant des visites et réunions bilans en fin de saison de pâturage afin de mesurer l’impact du troupeau sur le milieu.

Partager cet article : Facebook Twitter Google+