DES NOUVELLES DU MASSIF DE LA CLAPE, SITE NATURA 2000

Depuis 6 ans, le site Natura 2000 du Massif de la Clape est animé par le Parc naturel régional. Entre l’envol de l’aiglon de Bonelli, le pâturage du troupeau de la bergerie des Sonailles, 18 exploitations du massif reconnues en GIEE pour travailler sur l’adaptation du vignoble en contexte de réchauffement climatique et sur la préservation de la ressource en eau, les actions sont riches et se poursuivent grâce à l’action du Parc et à l’implication de tous les acteurs du site.

 Zoom sur quelques actions menées !

Une balise télémétrique pour l’Aigle de Bonneli

Installé depuis 2013 sur le massif, le couple d’Aigles de Bonelli s’est de nouveau reproduit en 2017 et un aiglon a pris son envol. En 2018, grâce à l’appui financier de l’État, le Parc et ses partenaires placeront une balise télémétrique sur l’un des aigles afin de connaître leurs déplacements, les secteurs de chasse qu’ils affectionnent et l’étendue de leur domaine vital.

Le 1er prix des trophées de l’Excellence BIO pour l’un des bergers du site

Contactés par l’Agence Bio, Walter et l’équipe du Parc ont rédigé un dossier de candidature pour les trophées de l’Excellence Bio. Parmi les 3 derniers candidats en lice, Walter a défendu son dossier devant le jury du concours présidé par Cyrielle Hariel (journaliste sur Europe 1 et Ushuaia TV) et les membres du conseil d’administration de l’Agence Bio. C’est le partenariat mis en place sur le massif notamment avec les vignerons mais également la conduite de l’exploitation en plein-air quasi intégral et la valorisation des produits issus des brebis qui ont séduit le jury. La Bergerie Les Sonnailles s’est ainsi vu remettre le 1er prix de cette édition par Monsieur le Ministre Stéphane Travert ainsi qu’un chèque de 6 000 euros Un coup de pouce en contrepartie des dizaines d’agnelles perdues en 2017 intoxiquées par la Férule commune…

18 exploitations du massif reconnues en GIEE

16 exploitations viticoles et 2 exploitations pastorales du site ont été reconnues comme Groupement d’Intérêt Économique et Environnemental. L’objectif repose sur l’adaptation du vignoble en contexte de réchauffement climatique et sur la préservation de la ressource en eau.

Plusieurs actions vont être engagées ou développées dès 2018 : expérimentation de cépages adaptés et de couvertures du sol pour retenir l’humidité, développement du viti-pastoralisme, organisation de journées d’échanges ou de démonstration…

Lire la brève complète.

Partager cet article : Facebook Twitter Google+