Bilan très positif pour les 5 ans du contrat de route pour les paysages de la RD6009

Le contrat de route en faveur des paysages perçus depuis la RD 6009 avait été élaboré pour 5 ans. Le 20 décembre 2019, les acteurs concernés ont dressé un bilan positif de sa mise en œuvre et ont décidé ensemble de le reconduire.

Située entre étang et massif, dans le piémont des Corbières, la RD 6009 traverse le Parc naturel régional du nord au sud. Empruntée par près de 10 millions d’usagers tous les ans, elle constitue une vitrine du territoire pour les visiteurs et le cadre de vie des habitants. Mais, cette partie du territoire du Parc souffrait d’un déficit de reconnaissance, d’entretien et de valorisation de ses paysages, d’absence de dispositifs de préservation ou de gestion collective.

Le Président du Parc, Bernard Devic, l’État, le Département, la Région, les professionnels, les communes et les acteurs concernés par les paysages de la RD 6009, ont exprimé la volonté d’améliorer collectivement la qualité de ces paysages.  Depuis 2015, ils ont engagé un « contrat de route » pour mettre en œuvre de nombreuses actions en faveur de ces paysages.

Bilan 2015 -2019 du Contrat de route

Cette démarche collective du contrat de route a rencontré une bonne adhésion des acteurs et sa mise en œuvre a grandement bénéficié de l’importante dynamique qui est née autour de son objectif.

En témoignent les nombreuses actions mises en œuvre depuis 5 ans, par de nombreux acteurs, en faveur de la qualité des paysages perçus depuis la route D6009, détaillées dans le document de présentation du bilan des 5 ans.

Les améliorations du paysage les plus visibles ont été permises grâce, d’une part, aux travaux réalisés par le Conseil Départemental sur la route et ses abords ainsi que sur la gestion des déchets et l’harmonisation de la signalisation, et d’autre part, à la suppression de l’affichage publicitaire illégal menée par la DDTM de l’Aude.

 Plusieurs documents guides ou stratégiques ont été élaborés pendant ces 5 années pour contribuer à la prise en compte des paysages du piémont des Corbières, dont on verra l’application dans les années à venir : charte qualité pour les énergies renouvelable, guide de la signalisation et de l’affichage, cahier technique de l’urbanisme dans le Parc naturel, etc.

D’autres actions sont à poursuivre avec les communes, les professionnels, les gestionnaires d’équipements et avec les particuliers, qui apporteront des améliorations paysagères plus progressives : mise en valeur du patrimoine bâti (restauration des murets, cabanons), remise en culture des friches agricoles, amélioration des abords des bâtiments commerciaux et des traversées de village, révision des PLU, réduction de l’impact paysager des réseaux électriques et télécom, etc.

Partager cet article : Facebook Twitter Google+