Début des travaux sur l’Ile Sainte-Lucie pour la valorisation écotouristique du domaine !

Domaine de l'Ile Sainte Lucie réserve naturelle régionale port la nouvelle
Domaine de l’Ile Sainte Lucie Réserve naturelle régionale à Port-la-Nouvelle

Le patrimoine historique et culturel de la Réserve naturelle régional de Sainte-Lucie à Port-la-Nouvelle est très riche. On y retrouve des traces de carrières de pierres et d’un port romain ayant servi pour la construction des monuments antiques de Narbonne ainsi que la présence de 39 bâtiments témoins du passé religieux, agricole et salicole de ce site.

Le Domaine de Sainte-Lucie, un bâtiment protégé et chargé d’histoire

Parmi eux, le Domaine de Sainte Lucie est situé au cœur de l’Île de Ste Lucie et dispose d’un accès fluvial direct, depuis le centre de Narbonne et Port-La nouvelle, par le Canal de la Robine (site classé et patrimoine mondial UNESCO). Il présente un intérêt architectural fort et constitue un élément marquant de l’histoire et des paysages du système lagunaire narbonnais.

Construit au XVIIème siècle, ce domaine a abrité un ancien couvent propriété des archevêques de Narbonne puis une exploitation agricole et enfin un relais de chasse. Il est composé de 5 bâtiments d’une surface totale au sol de 1730 m² qui forment une rue qui débouche, devant la maison de maître sur un jardin d’agrément composé d’une fontaine captée, d’un bassin, d’une tonnelle…

Les bâtiments sont isolés, en contexte insulaire, et de nombreux statuts de protection ou label le distinguent :

  • Propriété du Conservatoire du littoral ;
  • Réserve naturelle régionale ;
  • Site Natura 2000 ; site RAMSAR
  • Site classé et Patrimoine mondial UNESCO du canal de la Robine ;
  • Espaces remarquables de la loi littoral

Le projet de valorisation éco-touristique de ce lieu vient de démarrer

Jusqu’à présent, l’état du domaine ne permettait pas l’accueil du public dans de bonnes conditions et la découverte de ce patrimoine exceptionnel alors que l’île elle-même accueille près de 40 000 visiteurs chaque année.

A partir de 2015, le Conservatoire du littoral et ses partenaires, conscients de la valeur de ce patrimoine et de ses potentialités, ont engagé un programme, en plusieurs tranches, de restauration et de valorisation, afin permettre l’accueil du public dans ce lieu unique témoin majeur des activités humaines sur l’île.

La première tranche de ce programme, portée en maitrise d’ouvrage directe par le Conservatoire, consiste en la restauration « clos et couvert » du domaine et vise à :

  • Sécuriser l’ensemble du site,
  • Restaurer les bâtiments pour en assurer le clos et le couvert,
  • Ménager les possibilités de valorisation ultérieure pour l’accueil du public.

Des aménagements éco-responsables

S’agissant d’une propriété du Conservatoire du littoral à forte valeur patrimoniale, le programme s’inscrit dans une exigence qualitative en matière architecturale (insertion dans le site, respect de l’esprit des lieux et du caractère patrimonial, matériaux traditionnels et de provenance locale…). Les aménagements sont réalisés dans un esprit « d’éco-responsabilité » et respectueux de l’environnement. Ces exigences, ainsi que le contexte insulaire et les protections et règlementations s’appliquant, génèrent des contraintes fortes pour la réalisation de travaux.

Le réserve naturelle régionale de Sainte-Lucie

La réserve naturelle régionale de Sainte-Lucie a été créée en 2009 par la Région Languedoc- Roussillon sur les terrains du Conservatoire du littoral. Elle couvre 825 ha constitués de la plage de la Vieille Nouvelle, des anciens salins et de l’île Sainte Lucie. Elle présente un patrimoine naturel exceptionnel avec une mosaïque de milieux et de paysages extrêmement variés. Elle est gérée par le Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée et la Commune de Port-La nouvelle avec le soutien de la Région Occitanie et du Département de l’Aude.

La réalisation des travaux et les projets futurs

Les études de maitrise d’œuvre, menées par Bruno MORIN et Sylvie RAPP architectes du patrimoine, se sont achevées en janvier 2017. Elles ont associé le Conservatoire du littoral, les gestionnaires du site ainsi que les services de l’Etat en charge du patrimoine (DDTM de l’Aude, DREAL, DRAC) ainsi que le CAUE de l’Aude. Elles ont permis de présenter un projet à hauteur de 2 866 200 M€ TTC (y compris études, frais techniques et imprévus).

Les autorisations réglementaires (permis, d’aménager, autorisations de travaux en réserve naturelle) ont été obtenues en septembre 2017.Cette opération exceptionnelle est conduite avec l’appui des partenaires techniques et financiers habituels du Conservatoire. Son plan de financement est le suivant :
Autofinancement :
Conservatoire du littoral : 20%
Subventions :
Union Européenne (Fonds Européen de Développement Régional) : 50%
Région Occitanie : 15%
Département de l’Aude : 15%

Les travaux de cette première tranche ont débuté sur le site en février 2018. Ils sont prévus pour se dérouler jusqu’à juin 2019.

Une étude de faisabilité pour continuer à développer ce projet d’envergure

Parallèlement, une étude de faisabilité a été conduite en vue de définir un projet de valorisation écotouristique du domaine une fois restauré. Ce projet prévoirait notamment l’aménagement d’un « refuge du littoral » qui, à l’instar des refuges de montagnes, pourrait permettre une halte insolite aux randonneurs à pied ou à vélo pour une nuit au cœur de ce magnifique patrimoine préservé. Il fera l’objet d’une deuxième tranche de l’opération (second œuvre, aménagements intérieurs…) dont les conditions de réalisation sont en cours de définition par le Conservatoire du littoral et ses partenaires.

 

Partager cet article : Facebook Twitter Google+